Se faire un tatouage et vivre avec une épidermolyse bulleuse, c’est possible !

Le tatouage et l’épidermolyse bulleuse (EB) peuvent-ils cohabiter ?

Appréciant tout particulièrement l’art du tatouage couramment appelé le 10ème art, vous avez en tête un projet qui vous tient particulièrement à cœur mais vous vous demandez sûrement s’il est possible de le réaliser. En effet, votre peau est particulièrement sensible à cause de l’épidermolyse bulleuse et vous craignez la formation de bulles ou des complications. Rassurez-vous, c’est tout à fait possible ! Il est néanmoins primordial de suivre nos différents conseils pour réaliser un tatouage en toute sécurité pour votre santé. 

Quels sont les risques sanitaires liés aux tatouages ?

Faire un tatouage n’est pas anodin : cette pratique reste invasive pour le corps. Peuvent apparaître des réactions allergiques, notamment aux encres de couleurs, ou une infection pouvant survenir sous forme de rougeur assez discrète qui ne s’estompe pas ou d’un léger éclaircissement de l’encre.

Ces risques, identiques à ceux d’une personne non atteinte par une épidermolyse bulleuse, sont minimisés si vous suivez attentivement l’évolution de votre cicatrisation. Normalement, les plaies provoquées par les aiguilles se referment au bout de 2 semaines mais le tatouage continue d’évoluer les deux mois suivant la réalisation du tatouage. Vous pouvez mettre de la crème cicatrisante ou hydratante selon l’avis de votre médecin. Aussi, une baignade en mer ou en piscine est fortement déconseillée le premier mois suivant le tatouage pour faciliter votre cicatrisation.

Soyez transparent avec votre médecin et votre tatoueur sur votre epidermolyse bulleuse

Votre médecin doit être informé de votre projet de tatouage avant de franchir le pas. En effet, certains traitements médicamenteux incompatibles retardent voire compliquent la cicatrisation de votre tatouage.

Votre tatoueur doit être mis au courant de votre maladie. Un bon tatoueur saura alors vous aiguiller quant au choix pertinent des pigments, du tracé, de l’épaisseur de l’aiguille choisie, et de la partie du corps la plus adéquate pour réaliser un tatouage sans provoquer des complications avec votre épidermolyse bulleuse. Il peut également vous renvoyer vers votre médecin pour disposer d’un avis médical positif.

Choisissez un tatoueur agréé par le syndicat national des artistes tatoueurs

Le Syndicat National des Artistes Tatoueurs référence tous les tatoueurs en France. Organe de contrôle et label de qualité et de sécurité, ce syndicat incite notamment les tatoueurs à être vigilants quant à la composition de leurs encres de tatouage. Choisir un tatoueur référencé par le SNAT vous évite par exemple de vous faire tatouer avec des encres de tatouage toxiques qui pourraient s’avérer dangereuses pour votre peau, surtout si vous êtes atteint d’EB.

Les tatoueurs syndiqués contrôlent scrupuleusement leurs règles d’hygiène et de salubrité de base : matériel à usage unique sous emballage, décontamination scrupuleuse des aiguilles, port d’une paire de gants. Il est toujours bon de vérifier par vous-même en posant directement la question à l’artiste-tatoueur quant à ses procédures de décontamination dans son salon de tatouage. Un bon tatoueur sera transparent avec vous.

Plus que l’aspect sanitaire, choisissez un tatoueur avec lequel vous vous sentez en confiance, qui écoute vos questions particulières liées à votre épidermolyse bulleuse et qui vous conseille sans vous imposer.

Quelques conseils pour minimiser les risques d’infections et de réactions allergiques suite à votre tatouage si vous êtes atteints d’EB

Vous voulez réaliser votre premier tatouage et vous êtes atteint d’épidermolyse bulleuse ? Votre santé importe avant toute chose, surtout pour votre peau fragile. Minimisez les réactions dermatologiques en suivant nos différents conseils.

Suivez les actualités liées à l’épidermolyse bulleuse sur notre blog. 

Les derniers articles


Enquête sur la charge que représente l’EB
Actualités Enquête sur la charge que représente l’EBFin 2021, vous avez été nombreux à répondre à notre enquête nationale sur l’impact de l’EB sur les familles ...
Jongler entre soins et vie quotidienne
Actualités Jongler entre soins et vie quotidienneL’enquête « Jongler entre soins et vie quotidienne » a été menée par EURORDIS-Rare Disease Europe via Rare ...
Surmonter le sentiment d’impuissance
Actualités Surmonter le sentiment d’impuissanceNous allons vous parler dans cet article d’un sentiment bien connu des personnes atteintes de maladies chroniques ...